Browsing Category

Famille

Famille

Sexe Drogue et Natation

8 août 2015
sexe drogue et natation

Sexe Drogue et Natation, un livre d’Amaury Leveaux, lu et commenté par ma fille Ambre.

Moi, ado de 15 ans, je suis une mordue de lecture. Je dévore les romans de base pour ados comme « Nos étoiles contraires », « After », ou bien sûr, l’intégrale des Harry Potter…, mais aussi quelques grands Classique d’Agatha Christie, ou de Maupassant.

Je suis aussi une ancienne nageuse de compétition.

sexe drogue et natation

Lorsque le livre « Sexe, Drogue et Natation » d’Amaury Leveaux est sorti, je me suis sentie le devoir sinon l’envie, de le lire. J’avais cependant failli y renoncer, devant ce titre « cliché », mais après avoir lu les critiques, négatives pour la plupart, je me suis dit qu’il serait bien de me faire mon propre avis.

 

Pour moi, la natation est un sport magnifique et je ne regrette en rien les 7 ans que je lui ai consacrés mais c’est un des sports les plus difficiles et les plus exigeants. Amaury le fait comprendre mais je pense que dans ses propos, il est allé trop loin.

 

Une question m’a trotté dans la tête pendant toute la lecture. Sort-il son livre pour un dernier tour de célébrité ? Pour faire parler de lui une dernière fois après sa retraite ?

sexe drogue et natation

Mais au-delà de m’interroger sur la raison qui l’a poussée à le faire, je trouve que ce livre est plutôt mal écrit et que tout est mélangé. Je n’ai pas compris le principe de dénoncer ses camarades. Certes il n’a pas fait que raconter les choses illégales que font ses « amis » nageurs car bien sûr, lui, ne faisait que regarder … mais je trouve ça méchant, hypocrite et lâche et j’ai envie de lui dire qu’il faut arrêter de nous prendre pour des cons (excusez-moi pour mon langage mais j’ai 15 ans et c’est donc c’est un peu mon devoir de m’exprimer comme ça, non ?)

Bon je suis méchante moi aussi finalement…Amaury parle aussi des bons côtés de la natation (pendant 2-3 lignes…) Dis-moi Amaury, si tu n’aimes pas ce sport, pourquoi en avoir fait ton métier ?

sexe drogue et natation

Au début il nous explique comment il a commencé. En gros je vous résume: il va à la piscine claque des doigts et ça y est, il est pro !

Je pense qu’il a dû raccourcir le passage sur l’apprentissage, les heures dans le bassin, les kilomètres déroulés jours après jours, pour avoir plus de place pour critiquer le monde de la natation.

 

Après, ce n’est que mon avis d’ex-nageuses de 15 ans donc si vous voulez vous aussi vous faire votre  propre avis et perdre 18 €  je vous conseille de d’acheter « Sexe Drogue et Natation ».

sexe drogue et natation

Sexe drogue et natation
de Amaury Leveaux

Ambre

PS de Florence: si vous voulez d’autres critiques littéraires d’une ado de 15 ans, merci d’ajouter un commentaire ci-dessous (si, si comme ça, elle bosse un peu…l’ado-qui-répond-toujours-« La flemme! »-quand-on-lui-demande-de-faire-des-trucs)

PS2 de Florence: Pour cette critique je ne lui ai rien demandé. C’est elle-qui-a-voulu-Youhouuuuu!!!!

Rendez-vous sur Hellocoton !
Famille, Lifestyle

« Au secours, j’ai 40 ans ! depuis 4 ans » de Gaëlle Renard

14 mai 2015
au secours j'ai 40 ans

Comment ne pas parler de la sortie du livre « Au secours, j’ai 40 ans ! depuis 4 ans » sur mon blog 40 ans Le Début de la Suite ?

Comment vous dire?…

« Je suis née,

J’ai mis une robe dos nue pour l’anniversaire du mariage de Tante Joëlle,

j’ai obtenu mon triton à la piscine de Châteaulin,

j’ai embrassé Lydéric Fauquembergues (sans la langue mais c’était quand même dégoûtant)

j’ai trouvé un métier,

je me suis mariée (pas avec Lydéric Fauquembergues)

j’ai fait deux enfants et paf ! J’ai eu 40 ans. »

Gaëlle Renard débute son livre par ces phrases…

 

Ça ne vous fait pas penser à quelqu’un?

moi

Vous changez les noms, et c’est quasi la même histoire, incroyable, non?

Ces quelques phrases ont eu une très forte résonance en moi:

Cette impression de ne pas avoir vu passer ces années, de ne pas avoir été maître de tous ses choix, de ne pas avoir suffisamment pris les commandes en mains perdant ainsi la pleine conscience de l’instant présent, perdant le sens de l’histoire, perdant du temps important et pas important, à courir après un lendemain, à ne se projeter que dans le futur pour échapper à…à quoi? à soi? à soi-même, à ce que l’on est (être) (présent) profondément.

Et Paf! oui, Paf! c’est exactement la bonne onomatopée, à 40 ans on prends une claque.

au secours j'ai 40 ans

On pensait que c’était un « concept marketing » la crise de la quarantaine. On se disait que ça faisait vraiment cliché, que c’était juste une blague un peu potache que l’on pouvait balancer à nos potes qui commençaient  à « merdouiller » légèrement dans leur couple:  » Tu fais ta crise de la quarantaine en avance ou quoi ?  »

Mais en fait non, c’est VRAI, elles existe bien cette crise!!

Quand on a 40 ans d’un coup, on a peur de vieillir, de grossir, de rider, de ne plus être aimée, de ressembler à sa mère, de ne plus jamais pouvoir faire de bébés, de prononcer des expressions qui nous font passer pour des vieux cons et de n’apprécier de danser quasi-plus-que sur des musiques du « siècle dernier ».

peur

Je me souviens du jour où j’entends ma fille me dire « mais de toute façon toi, tu comprends rien ! » j’ai alors envie de lui répondre « arrête ! ça c’est moi qui le disais y’a pas si longtemps que ça et j’ai déposé le copyright » Mais en fait ça faisait un bail que je ne le disais plus…normal… j’ai pris 20 ans…

Je me souviens du jour où je regarde une photo et je crois que je vois ma mère…sueurs froides.. non, en fait c’est moi…(excuses-moi maman si tu lis ces lignes, ce n’est pas contre toi. That’s life!).

Oui voilà c’est la vie.

Mais une vie qui change après 40 ans. Du moins, qui change une fois que l’on a réussi à poser toutes ses valises, à se délester de ses peurs narcissiques, à se dire ok let’s go for a new life…mais pas la même, moi en mieux, en fait : moi en que moi.

Life is hard. C’est sûr. Nous vivons tous des moments difficiles et à 40 ans nous traversons vraiment un paquet de trucs chiants: les ados, les divorces, les cancers, les parents qui vieillissent, les boss-à-la-con qui, comme par hasard deviennent encore plus cons.

But Life is so exciting. Car, je sais maintenant que nous sommes toutes des personnes assez incroyables. Nous avons réussi à créer des choses merveilleuses et nous avons tous un talent particulier qui nous rend absolument unique et dont nous pouvons être vraiment fier.

Nous avons 40 ans et nous sommes de belles personnes. Et nous avons encore de magnifiques années devant nous pour développer ce talent unique et le faire grandir au bénéfices de nos proches, des autres et de nous-mêmes.

Voilà ce que ces premières lignes du livre de Gaëlle Renard mont inspirées.
« Au secours, j’ai 40 ans (depuis 4 ans) » est un livre qui fait du bien. Il est agréable à lire, il est drôle, et surtout, on s’y retrouve forcément!

Une belle illustration du proverbe: « On a deux vies, la deuxième commence quand on s’en aperçoit. »

Flo.

Pour l’acheter:

« Au secours, j’ai 40 ans ! depuis 4 ans » de Gaëlle Renard, Editions Charleston. 

au secours, j'ai 40 ans

Rendez-vous sur Hellocoton !
Famille

Musée Picasso, un parcours magistral à travers ses passions amoureuses!

28 février 2015
Picasso passions amoureuses

Le cœur de Picasso bat à travers ses peintures de portraits de femmes.

C’est un incontournable ce musée national Picasso ! Un voyage à travers ses œuvres, des premières, peintes lorsqu’il avait 14 ans jusqu’aux dernières, âgé alors de 92 ans.

Mais ce qui m’a pris aux tripes, ce qui a donné un sens personnel à mon parcours à travers ses œuvres, c’est d’imaginer les rapports qu’il a entretenus avec les femmes qu’il a peintes.

Picasso a exploré et crée des styles de peintures très différents tout au long de sa vie mais les portraits de femmes ont tous un point commun fabuleux: l’impression de comprendre quel type de sentiment amoureux Picasso éprouvait pour chacune d’entre elles.

Accompagnée de ma fille aînée, Julia, nous avons donc toutes les deux joué à interpréter, à imaginer, à caractériser la façon dont Picasso voyait, aimait, vibrait pour ses modèles.

En route pour ce voyage exploratoire à l’intérieur des passions amoureuses de Picasso…

Picaso passions amoureuses

Jeanne 1901. Picasso n’avait que 20 ans…la sensualité et l’attitude alanguie, confiante de Jeanne nous fait penser qu’à 20 ans Picasso exprimait déjà son amour des femmes de façon plutôt mature.

Picasso Fernande

Fernande 1906 – Outchhhh!! Notre impression: massive, matrone, caractère affirmé, forte femme. Ça se confirme dans la réalité: une des rares qui quittera Picasso plutôt que de se faire quitter…ah, après recherches Google, nous apprenons qu’elle serait partie après avoir découvert qu’il la trompait depuis 1 an…

Picasso Eva

Eva 1912 – Titre de l’oeuvre: « J’aime Eva ». Bon là, nous avouons ne pas vraiment arriver à faire de lien entre celle qu’il appelait « Frimousse »et la représentation de la guitare…Elle était belle, jeune mais fragile. Elle décède d’une tuberculose. Pendant sa maladie Picasso court de son atelier à la clinique pour l’assister, ce qui ne l’empêche pas de se consoler auprès d’une certaine Gaby, mais il l’a aimé et est vraiment malade de chagrin lorsqu’elle décède fin 1915.

Picasso Olga  Picasso Olga

Olga – 1918 et 1923 – Sérieuse, limite sévère et nostalgique, voilà nos impressions. Cette danseuse dont Picasso a dit  « elle est belle mais vieille » refusera de divorcer et restera toujours Madame Picasso. Voulait-il dire: vieille dans sa tête? C’est vrai que porter un air sévère sur son visage, vieilli. (Note for ourselves: s’entraîner à garder des expressions faciales juvéniles…)

Picasso passions amoureuses

Marie-Thérèse 1937 – Fraîcheur, douceur, jeunesse (les seins sont très hauts 😉 ). Dans le mille ! Elle a 17 ans lorsque Picasso tombe amoureux d’elle ! Lui, a déjà  entamé sa cinquantaine.

Picasso passions amoureuses

Dora Maar – 1937 . Peinte la même année que Marie-Thérèse. Tiens, tiens, Monsieur Picasso était-il bigame? Oui. Mais alors que Marie-Thérèse se dessine tout en courbes et rondeurs, Dora est anguleuse, provocatrice, maquillée, femme fatale, sûre d’elle.

Picasso passions amoureuses

 Françoise 1946 – Pureté des traits, beauté saisissante et regard pénétrant de celle qui ne se laisse pas faire. Elle aura 2 enfants avec lui et le quittera en 1953. Pablo meurtri? oui mais pour quelques jours seulement…

Picasso passions amoureuses

Jacqueline 1954 – Comme s’il avait su que ce serait la dernière, l’ultime, il la représente telle une reine adossée à son trône, surveillant ou veillant à ne plus laisser de place à aucune autre dans le cœur de Pablo. Sa simplicité (pieds nus) contraste avec son port de tête altier. Son regard persan et attentif contraste avec sa position accroupie et bras croisés. Elle nous a fait penser à une lionne, à l’affût mais confiante et consciente de sa force.

Beau voyage au fil de ses œuvres et de sa vie amoureuse !
Ces femmes ont toutes marqué profondément Picasso, lui inspirant ces magnifiques tableaux qui expriment ses émotions et ses sentiments et lui ont inspiré de nouveaux choix esthétiques.

« Pour mon malheur, et ma joie peut-être, je place les choses selon mes amours. »

Pablo Picasso

Pour en savoir plus sur le musée: www.museepicassoparis.fr

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Famille

Pourquoi 46,2% des couples mariés divorcent?

1 février 2015
couples mariés divorcent

D’après les statistiques INSEE 2013, 46,2% des mariages se soldent par un divorce.

Pourquoi 46,2% des couples mariés divorcent?
Et ces statistiques ne prennent pas en compte, les PACS ni les unions libres…

Quelques infos sur  « le  Mariage » TA TA TALA … TA TA TALA etc….

Le mariage existerait depuis au moins 3 millions d’années (bien ancré dans nos gènes quoi…).
Plus proche de notre époque, le mariage civil en France a été établi en 1792.
Ce que l’on entend par mariage: « acte par lequel le couple se place dans une situation juridique durable afin d’organiser la vie commune et de préparer la création d’une famille ».

Ah voilà! on vient de mettre le doigt sur le grand HIC: le mot « durable ».

Pourquoi?
Il faut se rappeler que dans les année 1820, l’espérance de vie des femmes était de 30 ans.
On le sait d’après la littérature de l’époque; Les héroïnes des romans de George Sand, Honoré de Balzac ou Alfred de Musset avaient en effet une perspective de vie… assez courte.

couples mariés divorcent

Par exemple dans « Les caprices de Marianne » d’Alfred de Musset, Marianne s’entend dire « Madame, vous avez 16 ans, il vous reste 6 ans pour vous faire aimer, 6 ans pour aimer et 6 ans pour recommander votre âme à Dieu ». A 30 ans c’était donc…rideaux…Vous imaginez ça? Nous, quarantenaires, nous ne serions déjà plus là…
Aujourd’hui une femme de 30 ans c’est …un peu le rêve quand même…enfin, 40 ans c’est bien aussi…mais il s’agit là d’un autre débat.

Aujourd’hui l’espérance de vie des femmes est de 85 ans et de surcroît, en croissance dans les pays européens, de 6 mois tous les ans!

Si on en revient à notre concept de mariage, imaginez que lorsque nos arrière-arrière grand-parents se mariaient devant Monsieur le Maire, ils se juraient fidélité …pour 5 ans… statistiquement parlant.
Aujourd’hui lorsqu’un homme et une femme se marient ils se jurent fidélité… pour 65 ans!
Et on appelle toujours cela le mariage mais non, ce n’est pas le même mariage!
On ne peux quand même pas prétendre que l’engagement est le même!
Et aujourd’hui, on construit encore notre vie sur un concept qui date de 1792, comme si toutes les choses étaient égales par ailleurs.

Alors pour faire baisser les statistiques du divorce en 2015, il faudrait d’abord faire baisser les statistiques du mariage de 1792. Il faudrait regarder les choses en face et se dire que cet engagement de 65 ans est peut-être un peu délirant.
Pourquoi ne pas créer le mariage du type CDD, ce serait le MDD, le mariage à durée déterminée. On s’engage sur un période plus courte avec possibilité de prolonger ou de passer à autre chose, une autre histoire, une autre vie.

Je suis un peu provoque mais personnellement je trouve qu’il y a une certaine hypocrisie ou un aveuglement certain à prêter serment de fidélité à une seule personne pour 65 ans.
Et compte tenu de l’augmentation constante de l’espérance de vie, on risque de s’en prendre bientôt pour combien, 75, 85 ans ?

couples mariés divorcent

Un divorce, c’est extrêmement difficile à vivre, c’est un tsunami dans la vie d’une famille et c’est d’autant plus difficile qu’il est vécu comme un échec parce que nous avons dans nos gènes (et cela depuis 3 millions d’année!) l’idée inconsciente et ancrée, que ce n’est pas bien, que ce n’est pas correct, que ce n’était pas ça, la finalité d’une union.

Je crois que si nous considérions le mariage comme un MDD, le divorce serait un petit peu moins difficile à surmonter.

 

Flo.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Famille

LES SITES DE RENCONTRE, UNE EXPÉRIENCE MEETIC ! #5

3 janvier 2015
sites de rencontre

Résumé des épisodes précédents sur les sites de rencontre:

L’inscription sur un site de rencontres est un véritable parcours du combattant, autant psychologique (oui c’est bien moi qui fait ça là… maintenant ?!?) que physique (questionnaire digne de la CIA et procédure à la multinationale). Voici la suite…

Pour voir les photos des célibataires m’ayant contactée, il faut donc être « membre privilège » , cette appellation ronflante et flatteuse donnant avant tout (et quoi qu’en dise Sylvie-de-meetic-affinity), le privilège de payer (très cher!) le droit de profiter d’un site supposé gratuit….

Finalement, c’est pas plus mal de ne pas voir les photos, dis-je à ma copine.
(NDLA : bah oui, elle est encore la, ma keupine. J’en profite d’ailleurs pour clarifier mon orientation sexuelle, car non, il n’y a aucun rapprochement possible entre mon célibat et une éventuelle inclination pour ma coach. Alors, cher lecteur, ne te laisse pas transporter par le plaisir de me lire ni ma capacité hors pair à suspeeeeeendre le temps… Elle est encore là car ne sommes que le lendemain de la création de mon compte. !!!! )

Finalement ce n’est pas plus mal de ne pas voir les photos (dis-je donc à ma copine).

Bah si ! Tu vois, l’intérêt de se rencontrer virtuellement , c’est justement de s’affranchir du physique, et découvrir autrement quelqu’un à qui on n’aurait peut-être jamais laissé sa chance si on l’avait rencontré de visu d’abord!

Comment ?

Oui, il est effectivement THÉORIQUEMENT possible que ce quelqu’un puisse ne pas me laisser ma chance non plus en découvrant ma photo,  oui.
Bon. Tu vas me quitter ce petit ton ironique, et tu remets ta casquette de coach, hein?  Oui, c’est ça,  celle qui me trouve belle et merveilleuse et qui me récite en boucle le couplet de la confiance en soi, hein?  J’préfère….

Découvrir autrement quelqu’un, donc  : une sensibilité, une plume, un sens de l’humour décapant, ou encore tout en finesse….
Fais voir les messages!

Ben tiens justement, regarde, celui-là a un chouette pseudo (un ténébreux et mystérieux héros de BD d’Hugo Pratt) , et il m’a écrit trois phrases compréhensibles et sans faute d’orthographe. Prometteur, non? Et il est justement en ligne.
Je vais lui répondre.

« Merci de votre message. Et chouette pseudo :  j’aime beaucoup Hugo Pratt. Mais comme j’aime aussi savoir à qui je m’adresse, avez-vous un prénom dans la vraie vie? « .

Oui, bon, c’est un peu direct, mais que raconter à un total inconnu? Je vais pas lui faire un roman le premier soir! Disons que c’est une entrée en matière…

Allez. J’envoie.

Quelques instants plus tard, une réponse m’arrive. Génial! Toute excitée et curieuse, j’ouvre son message.

 » Re-bonjour. Je m’appelle… Pour accéder à vos messages, devenez membre privilège pour seulement 49€ par mois en cliquant ici ! »

Car je viens de le découvrir, sans payer, non seulement on ne peut pas voir les photos, mais on ne peut aussi pas répondre aux messages plus d’une fois!!
Un peu comme le seul coup de fil autorisé en prison….

Frustration!!!!!

Rendez-vous sur Hellocoton !
Famille

LES SITES DE RENCONTRE, UNE EXPÉRIENCE MEETIC ! #4

5 décembre 2014
meetic

Episode 4 de notre série: Les sites de rencontre, une expérience Meetic !

Dans l’épisode précédent, j’ai donc mis 3 heures à créer mon profil.
Après une nuit de sommeil agité, et comme tous les matins, j’ouvre machinalement ma boîte mail.Tiens? Ma messagerie semble prendre plus de temps à charger que d’habitude!Heu…. coach? J’ai reçu 64 mails ! Non, je déconne pas! Viens voir si tu ne me crois pas!!!!
Nous restons quelques instants devant l’écran, tout aussi mortes de rire qu’atterrées.
 » Heureusement que personne ne devait t’écrire, hein poulette ? J’espère que tu es enfin rassurée? »
Rassurée? Je trouve surtout que cela en dit très long sur la solitude affective et le désert sexuel dans lequel la société a plongé toute une génération ! C’est forcément ça, ça peut pas être parce que je suis MOI, sinon comment pourraient-ils savoir qui JE suis et si JE leur plais, sans avoir vu une photo et ni lu ne serait-ce que quelques mots sur moi?Au regard noir de ma copine, je sens qu’elle ne me trouve pas assez 1er degré, là, tout de suite…. Ok. Ok!Fébrile, je  me connecte sur mon profil pour découvrir les résultats de mon analyse psychologique moulinée… Et découvre que je ne peux les voir qu’en comparaison avec ceux des candidats à la rencontre (le fameux coefficient de compatibilité…) !
En même temps, c’est logique, hein? C’est vrai qu’avec tout ça, j’avais fini par oublier que le but n’est pas de me payer une analyse sauvage, mais de rencontrer L’AMÛÛÛR!!!!!!Nous voilà donc contraintes de lire les 64 mails pour partir à la pêche au mâle (compatible).Le premier vient de Sylvie-de-meetic-affinity (qui, je vais bientôt le réaliser à mes dépends, est désormais ma nouvelle meilleure copine). Elle me confirme mon inscription, et dans un second mail, me souhaite la bienvenue.  Dans un 3ème, elle m’encourage à compléter mon profil par une photo et un descriptif pour maximiser mes chances d’être contactée.Encore du boulot?  Mais c’est pire que de chercher un job, ce truc!Euh, ben… J’ai déjà de quoi m’occuper avec tout ce que j’ai reçu ce matin,  j’ai pas prévu de passer mes journées à checker ma boîte mail, et comme je suis en mode vacances-flemmouse,  je vais peut-être encore rester invisible quelques temps et entretenir un mystérieux mystère sur ma super personnalité de pouffe, hein?Rien de bien croustillant ni de très rigolo so far, donc.Ah! Voilà un mail qui vient d’un monsieur ! Trucmuche92? Drôle de pseudo. Allons voir.

« salu sa vat? Ses koi ce pseudo ? Diminutive d’Elisabeth? »

Euh… Coach? Bon, alors je sais qu’hier je t’ai pondu toute une théorie à base de il-ne-faut-pas-juger-trop-vite-et-je-suis-mal-à-l’aise-avec-le-côté-je-met-des-critères-sur-le-niveau-d’études, mais là, comment te dire?

Sa vat pa êtes possible !

Aller voir sa photo au cas où il serait super beau? Non mais là, il ressemblerait à Georges Clooney que je serais toujours pas convaincue!
Et pi de toutes façons, quand je clique, je la vois même pas, sa photo!
Allô ? Sylvie-de-meetic-affinity? Kommenkonfait pour voir les photos ?
C’est quoi, ça, un membre privilège ?Ah mais parce qu’il faut PAYER pour voir?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Famille

Les sites de rencontre, une expérience Meetic ! #3

21 novembre 2014
pseudo
Nous voilà donc devant Meetic Affinity, prêtes à créer mon profil.
Nous n’avons à cet instant pas encore idée du parcours de combattante qui nous attend, ni à quel point cet exercice va tourner en séance de psychanalyse de comptoir (virtuel) !
Mais je m’avance.
Retour à l’étape 1, donc : trouver un pseudo.
Ah.
J’y avais pas réfléchi, évidemment!
Voyons…. Je ne veux pas mettre mon vrai nom ni prénom, ni un truc trop approchant, car même si je suis une  wineuse-de-41-berges-bien-dans-sa-nouvelle-vie-de-femme-liberee, je n’assume finalement pas tant que ça de me retrouver là !
Le cahier des charges « trouvage de pseudo » s’avère rapidement assez ardu : il faut quelque chose de drôle, de féminin, (mais pas tarte!), qui laisse transparaître que je suis aussi hachement culturée comme gonzesse, mais pas pédante… Bref, quelque chose qui me ressemble.
Pas Simone Veil, mais pas Nabilla non plus : pas si simple!
Après moult tentatives se soldant par un « pseudo déjà existant » (me prouvant au passage à quel point je ne suis finalement pas si unique dans mon genre), nous optons pour le patronyme de l’héroïne d’une célèbre trilogie scandinave.
(NDLA : je ne réalise évidemment pas à ce stade qu’avec toute la candeur romantique néo-féministe qui est la mienne, si je vois avant tout en elle l’une des rares héroïnes de polar – un brin loufoque, certes- , ni décérébrée ni caricature de bimbo, je vais en fait, dans les jours qui viennent, passer un temps infini à expliquer aux candidats à la rencontre que non, je ne suis ni tatouée, ni psychopathe, ni tueuse en série, mais tout juste raisonnablement névrosée ! )
Une heure plus tard, donc, nous passons enfin à l’étape suivante :  je suis invitée à répondre à un questionnaire digne d’un formulaire de demande d’allocations familiales, qui va permettre à la moulinette à affinités de « définir mon profil psychologique et mes aspirations profondes pour calculer mon coefficient de compatibilité » avec les célibataires qui n’attendent que moi, tapis de l’autre côté de l’écran…
Ah.
Je me retourne vers ma copine et lui demande, un brin de désarroi dans la voix :
« Rappelle moi pourquoi je suis en train de faire ça, déjà ?
Ah oui, c’est ça : trouver l’amour…
Non, paske j’dis ça, j’dis rien, mais quand même : tu crois pas que c’est un postulat pour le moins étrange de considérer qu’il faut se ressembler pour s’aimer? Sans même parler du fait que c’est un modèle statistique qui décidera qui m’est destiné ??? »
Ok! Ok! J’éteins mon cerveau, et me remet en mode premier degré…
Et puis si la moulinette a été, comme on me l’assure, fabriquée avec de vrais morceaux de psychologues dedans…
Deux heures plus tard, nous sommes épuisées d’avoir dû tant réfléchir à, tout à la fois et pour ne citer qu’eux : mon film, ma musique, ma nourriture, mon animal, ma couleur, mon personnage historique, ma voiture et mon proverbe préférés, en passant par ma conception du rôle de parent, mon « quotient d’appétence » aux contraintes de la vie à deux, pour finir en beauté sur l’intensité de ma libido…
Nous n’avons pas même encore tenté de résoudre l’épineux problème du choix de la photo ni celui du paragraphe libre pour se décrire (heureusement pas obligatoires pour publier un profil), que nous lançons ma bouteille numérique à la mer.Pfiou!
Au moment de refermer mon PC, soudainement rattrapée par le manque de confiance en moi que je pensais naïvement avoir vaincu ces derniers mois à grands coups de psychothérapie,  je dis à ma coach :
« et si personne ne m’écrivait ? »
Rendez-vous sur Hellocoton !
Famille

Les sites de rencontre, une expérience Meetic ! #2 La Création de profil

7 novembre 2014
cretaion du profil sur meetic

 Tout d’abord, il convient de se mettre en condition :

Copine hilare? Check !

Paquet de Haribo ? (Bah si, on peut !!!!  Voui, paske comme on en est même pas encore à la phase virtuelle , on s’en fout de finir grasses comme des  loukoums, si Madame !).  Haribo, donc ? Check !

Canapé confortable ? Check !

C’est parti !

La première difficulté, (et pas des moindres), c’est : quel site choisir ? Vaste programme !

Après une recherche rapide dans Google où tous les chemins mènent irrémédiablement vers Pornoland, on se rabat rapidement sur nos propres ressources :

C’est quoi  déjà  la pub qui fait « I’m in love !  I’m in love ! » ? (NDLA : oui, parce qu’à ce stade là,  nous, on y croit encore, qu’on va le trouver, le LOVE, même sur internet !)

Et Machine, elle t’a dit qu’elle s’était inscrite sur quoi ?

Noooon !!! Machine elle est sur un site de rencontre ? Tu déconnes, là !!! (et les 20 minutes de langue-de-putage qui s’en suivent…)

Etc.

Et on arrive sur un premier site avec numerus clausus à l’entrée,  où la « communauté des célibataires exigeants  (?!?) »  doit carrément faire un référendum avant de décider si toi, petit scarabée célibataire et éploré dans la solitude de ta life, et dont la photo et le descriptif vont être  soumis à la vindicte populaire, tu es ASSEZ célibataire (comprendre : bonnasse )  et ASSEZ  exigeante (comprendre : pas encore complètement prête à tout) pour  faire partie de leur monde merveilleux…

Pas convaincues, nous surfons sur quelques autres sites avant d’atterrir sur ce bon vieux Meetic, version « Affinity », dont je ne manquerai pas de vous parler très  bientôt !

M.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Famille

EXPOSITION INSIDE PALAIS DE TOKYO

3 novembre 2014
inside

Visiter les œuvres de l’intérieur pour nous conduire au plus près de nous-même.

Pour « Inside » Le Palais de Tokyo a été métamorphosé en parcours par les artistes, nous incitant à un voyage physique et mental.

C’est ma fille Ambre, âgée de 14 ans qui m’en a parlé. Nous avons été toutes les deux assez « accrochées » par cet appel à l’expérience !

J’ai fait un rapide parallèle entre la période charnière que ma fille vit depuis quelques mois (et moi aussi par la même occasion!) et que l’on appelle communément la crise de l’adolescence et le tournant que prend ma vie et que l’on pourrait aussi appeler communément la crise de la quarantaine! Je cumule les crises..oui, je sais…

Bref, quels qu’en soient les raisons, nous avons toutes les 2 foncé à l’expo Inside pour vivre cette expérience d’immersion émotionnelle…

entrée
Dran

Le parcours nous projette dans des espaces occupés ou crées par les œuvres.

experience

 

Valia Fetisov

Une pièce close dans laquelle le visiteur doit trouver en lui la solution pour sortir. Ambre a assez vite réussi à faire se ré-ouvrir la porte vitrée. Fière, elle a trouvé la clé de l’énigme…en elle?

ataru sato

Ataru Sato
Autoportrait

Alors que j’abordais chaque nouvelle oeuvre avec le recul qui me permettait de chercher à comprendre la signification et le message de l’artiste, j’ai été surprise de voir que mon ado s’en prenait plein la tête et que les œuvres suscitaient chez elle de fortes émotions. Elle préférait parfois fermer les yeux plutôt que d’affronter son inquiétude et son trouble.

rapport d inversion

Stéphane Thidet

Le refuge est ici un lieu hostile, la pluie tombe à l’intérieur. Le rapport d’inversion nous suggère-t-il de trouver refuse en nous-même?

 

prolongation de l experience

Jean-Michel Alberola

2 heures d’expériences imprévues et – je l’avoue – parfois un peu flippantes, plus tard, je fais le bilan des courses:

Une ado en pleine crise cherche à extérioriser ses revendications, elle projette ses souffrances et son mal-être sur les autres.

Forcément, un voyage émotionnel en soi n’a pas eu de très forte résonance chez elle… « Ouh là là, Maman ils sont tordus et torturés quand même un peu des fois les artistes de cette expo ! »

Et la quarantenaire en pleine crise? Elle se dit qu’en effet c’est bien de plonger à l’intérieur de nous-même…à condition de pouvoir découvrir qui nous sommes en profondeur…

Flo.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Famille

Les sites de rencontre, une expérience Meetic ! #1

31 octobre 2014
Les sites de rencontre, une expérience Meetic !

Vous avez toujours rêvé de savoir comment fonctionnent les sites de rencontre?

Alors go pour les aventures d’une quarantenaire débutante en rencontres virtuelles !

Mais d’abord, un peu de contexte pour expliquer comment j’en suis arrivée là…
Je m’appelle Marine, j’ai 41 ans.
Comme beaucoup, j’ai plusieurs vies dans la même journée depuis 15 ans, avec un job de cadre, un mari, puis 2 nains, une maison et une vie de famille à faire tourner… Quelque chose me dit que vous voyez de quoi je parle ?
Comme beaucoup, je suis en instance de divorce, et ai à l’insu de mon plein gré fait partie des dommages collatéraux de la retentissante crise de la quarantaine de mon (futur ex) mari.

Une déprime, une maison vendue, 20 kilos perdus et une garde alternée plus tard, (mais je vous raconterai tout ça dans une autre saga à venir : « mon divorce, ma vie, mon œuvre…. »), je me suis un beau jour de nouveau sentie de vivre un peu pour moi.
Je m’en suis ouverte à ma copine, et nous avons passé une soirée d’août à découvrir ensemble le monde merveilleux des sites de rencontre.. Un grand moment de rire entre nanas !

A bientôt pour l’épisode 2 : la création de profil

Marine

Rendez-vous sur Hellocoton !